KFC : un projet digital

kfc-image

Le projet Digital mis en place par KFC France répondait à la nécessité de créer une connexion émotionnelle avec le consommateur en lien avec la modernité de la marque, d’augmenter la fréquence des visites et de connaitre davantage leurs clients.

Parmi les partenaires technologiques qui ont concouru au projet, KFC France a fait le choix d’AWS pour la partie intégration du système de caisse avec le back office KFC

Pourquoi le choix d’AWS chez KFC France ?

Amazon Web Service a été retenu dans le cadre du programme de fidélité pour assurer les besoins suivants :

  • Mise à disposition des assets statiques pour l’application mobile via AWS S3
  • Hébergement sur AWS EC2 du middleware EdifiXio assurant la connectivité entre Salesforce, le système de caisse des restaurants, le SI interne KFC

 

Les avantages clefs d’AWS dans ce contexte

  • Une offre performante, optimisée et flexible pour les services attendus.
  • La gestion d’un Virtual Private Cloud a fourni une connexion sécurisée et pérenne entre les systèmes de KFC France et Salesforce.
  • Grâce aux expertises d’EdifiXio,  KFC France a eu un seul interlocuteur technique sur l’ensemble de la plate-forme de fidélité.

Eb-Trans : refonte complète d’un data center

 

camion-3

Le SI présente les caractéristiques suivantes :

  • Une activité en flux tendu. Besoin de grande réactivité.
  • Prise de commande la veille pour livraison le lendemain.
  • Planning et pilotage fin des ordres de transport.
  • 2500 camions entre les sites de chargement/livraison.
  • Organisation décentralisée.
  • ERP de transport spécifique et rôle clé de l’EDI.
  • Disponibilité de l’outil informatique 24X7.
  • Applications mobiles et digitalisation des flux.

Pour répondre à la problématique de l’obsolescence du data center  historique,

  • Eb-trans a choisi de se concentrer sur son métier et de migrer la totalité de ce DC vers AWS.
  • Eb-trans a également choisi de ne pas mener ce projet seul, mais de se faire accompagner par EdifiXio pour réaliser les tâches relatives à AWS et l’OS tout en gardant la maîtrise des applications.

Les applications concernées principalement sont :

  • la plateforme Citrix,
  • le TMS,
  • les outils métiers tiers ainsi que SAP.

Passer dans le cloud « All In » n’est pas une simple migration.

L’ensemble des procédures, du développement aux opérations, est impacté pour tirer le meilleur parti de la plateforme. Le bilan d’Eb-trans peut se résumer de la façon suivante :

Sérénité sur :

  • la haute disponibilité des services IT,
  • le choix d’une solution All IN sur Cloud  public,
  • le potentiel de la solution,
  • le Rôle essentiel de l’accompagnement à toutes les étapes :
    • Build, Run et Vision Infra et DevOps
  • l’idée de suivre désormais les MAJ de versions au rythme du cloud public,
  • l’impact sur le développement de futures applications ou l’achat de logiciels.

Schneider : infrastucture factory

En 2011, cet expert en énergie a commencé à envisager la possibilité d’ajouter des options d’infrastructure en tant que service (IaaS) à ses environnements Internet et Intranet existants. Yves Martelle, directeur de l’infrastructure et des opérations pour les services Internet mondiaux chez Schneider Electric, explique que son équipe informatique a choisi de tester Amazon Web Services (AWS) comme prestataire IaaS. « Suite à ce test, nous avons décidé d’industrialiser provisoirement la solution AWS pour les applications métiers non critiques Internet et Intranet. Aujourd’hui, nous comptons 15 applications en ligne sur AWS. »

  • Besoins initiaux

–Des environnements clés en main disponibles en quelques jours

–Des environnements jetables et pour de la qualification

–L’intégration au SI Schneider (Directory, Données Produits…)

–Réduction des coûts

  • Evolution des besoins

–Une plateforme robuste et flexible

–Des environnements pour des applications critiques

 

Lafarge : migration des sites web

Le défi

Présente dans plus de 70 pays, l’entreprise Lafarge avait besoin de gérer un site Web propre à chaque pays. Avec des chargements de taille variable sur ses sites Web, elle voulait pouvoir ajouter ou retirer des serveurs en conséquence. Outre des performances élevées, elle avait besoin d’un environnement robuste de développement, test, pré-production et production pour ses sites Web. Elle a donc choisi de faire migrer ses sites Web vers Amazon Web Services (AWS).

Pourquoi AWS

Dominique Moulin, Responsable TI/SI/TI pour le groupe Lafarge, explique pourquoi Lafarge a choisi de travailler avec AWS : « L’élasticité a été un des principaux facteurs. Il était primordial pour nous de pouvoir ajouter ou retirer des instances de manière instantanée, afin de suivre l’évolution des chargements sur nos sites Web. » François Dufraisse, Responsable des nouvelles technologies au sein du groupe Lafarge, ajoute : « Il était également important pour nous de parvenir à un niveau élevé de performances pour la gestion de nos sites Web. Lafarge est présent dans plus de 70 pays. Dans l’ensemble de ces pays, nos sites Web publics sont gérés par AWS. Nous utilisons aussi les services AWS pour les environnements de développement, de test, de pré-production et de production de ces sites Web. Jusqu’à présent, nous sommes très satisfaits des services Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) et Amazon Simple Storage Service (Amazon S3) auxquels nous faisons appel. »

Dominique Moulin et François Dufraisse évaluent à présent Amazon Virtual Private Cloud (Amazon VPC) avec la possibilité d’extensions supplémentaires aux autres applications et utilisations au sein du groupe. François Dufraisse indique : « Avec Amazon VPC, nous pourrions étendre notre utilisation des services AWS à davantage d’applications internes ou à nos intranets. »

Pour développer sa solution, l’équipe de développement a utilisé Java/J2EE, WebSphere, Oracle, Linux et Riverbed. Au cours de ce développement, l’équipe a tiré deux enseignements importants. Premièrement, Dominique Moulin explique : « Il est important de pouvoir compter sur un partenaire fiable et compétent, capable de gérer les opérations des sites Web sur AWS. C’est pourquoi, nous nous sommes tournés vers EDIFIXIO. » Deuxièmement, face à la sensibilité du logiciel à la puce Intel, l’équipe devait vérifier la puce de chaque instance créée.

Les avantages

A l’heure actuelle, le site Web du groupe et 22 sites Web nationaux sont accessibles en ligne. François Dufraisse indique : « Grâce à la flexibilité des services AWS, nous sommes mieux préparés pour affronter les pics d’activité au cours d’évènements particuliers, tels que la publication des résultats trimestriels du groupe. » Dominique Moulin et François Dufraisse envisagent d’utiliser les services AWS pour d’autres applications et au sein d’autres unités (20 sites Web nationaux supplémentaires sont en cours de réalisation). Par ailleurs, Dominique Moulin souligne : « Depuis que nous utilisons AWS, nous avons transformé nos CAPEX en OPEX avec, à la clé, une meilleure évolutivité, un temps de réponse réduit et une plus grande flexibilité. »